Renégociation de crédits pour fonctionnaires : ce qu’il faut savoir

La renégociation de prêts est une opération qui vise à changer la durée d’un prêt – généralement à la diminuer – et obtenir un taux de crédit inférieur. Tout propriétaire peut tenter une renégociation auprès de son banquier pour essayer d’obtenir des conditions de crédit meilleures ou tout simplement plus adaptées à sa situation qui peut avoir changé.

Il faut cependant savoir que la banque n’est pas tenue d’accepter la renégociation, l’emprunteur peut donc dans ce cas contacter une autre banque. Dans tous les cas, vous devez tenir compte de plusieurs éléments déterminants avant de vous lancer. Une renégociation est intéressante si le prêt est récent. Le deuxième élément à prendre en compte est la comparaison du taux initial avec le nouveau : pour être favorable, il faut que la différence soit de 0,75% à 1%, c’est-à-dire que le nouveau taux proposé soit inférieur d’au moins 0,5 point au taux souscrit. Le dernier, et non le moindre concerne les coûts. Comme renégocier son prêt consiste à modifier, voire à résilier le contrat initial avec sa banque, la démarche implique des frais de dossier, de garantie et bien sûr les indemnités de remboursement anticipé.

Quels sont les types de crédits éligibles à la renégociation de prêts

Pour pouvoir répondre à cette question, nous devons passer en revue les différents types de crédits. Nous pouvons citer le crédit amortissable, le crédit modulable, les crédits à remboursement de capital constant et le crédit in fine.

  • Le crédit amortissable est le plus courant. Il comprend le crédit à la consommation, le crédit immobilier, le prêt à taux fixe et le prêt à taux variable. Il se rembourse sur une échéance ajoutée au taux d’intérêt ainsi qu’une partie du capital.
  • Dans le crédit modulable, l’emprunteur peut faire évaluer ses mensualités à la hausse ou à la baisse, les reporter ou les rembourser de manière anticipée. Les crédits immobiliers à taux variable ou à taux fixes font partie de ce type de crédit.
  • Les crédits à remboursement de capital constant sont surtout dédiés aux entreprises pour des financements spécifiques. Ici, à chaque échéance, l’emprunteur doit rembourser un montant identique de capital.
  • Dans le crédit in fine, l’emprunteur doit rembourser juste les intérêts à chaque échéance. Le capital est remboursé dans son intégralité lors de la dernière échéance.

Comme la raison majeure à une renégociation de prêts se trouve être la baisse des taux, il est clair que l’opération est destinée aux ménages ayant souscrit un crédit à taux élevé. Mais le crédit doit être amortissable ou à taux variable, tel un prêt immobilier, un prêt à la consommation ou un rachat de crédit.

Quels sont les avantages à renégocier ses crédits

Plusieurs raisons peuvent pousser un emprunteur à renégocier son crédit. La première est la diminution de sa faculté de remboursement pour une raison ou pour une autre. La deuxième raison est en relation avec l’évolution du marché des taux d’intérêt bancaire.

Lorsque ces taux affichent une nette tendance à la baisse, l’emprunteur se sent lésé en payant des intérêts qui ne correspondent plus à la réalité du marché bancaire : par exemple, le taux actuel affiché à la banque est de 2% ou 3%, alors qu’il était de 5% lors de la signature de votre contrat. Ainsi les avantages d’une renégociation de crédits consistent en des conditions tarifaires et des conditions de remboursement plus favorables que lors de la signature du contrat initial. Non seulement la renégociation du prêt permet de diminuer le taux effectif global mais elle permet également de réduire la durée restante du prêt, tout en conservant votre mensualité. Les charges peuvent aussi être réduites en diminuant la mensualité tout en gardant la durée du prêt.

Quelles sont les condition d’éligibilités pour une renégociation de crédits

Comme il s’agit ici d’une opération d’ordre financière, la banque est toujours méfiante et vérifie scrupuleusement le dossier. Dans un premier temps, il faut fournir à la banque, une preuve écrite dans laquelle sera stipulée la raison qui vous fait procéder à une renégociation de prêts. Si l’accord se passe avec la banque initiale, elle pourra demander à l’emprunteur des documents supplémentaires (cela dépend de la banque). Mais, si la renégociation se fait avec un autre établissement, l’emprunteur devra constituer son dossier avec ces pièces :

  • Une pièce d’identité valide
  • Son livret de famille
  • Son dernier avis d’imposition
  • Ses 3 dernières fiches de paie
  • Un contrat de travail fiable
  • Le tableau d’amortissement du crédit concerné
  • Les relevés de son compte des 3 derniers mois
  • Un titre de propriété ou un reçu pour loyer
  • Le dernier avis de taxe foncière

À quel moment doit-on faire une demande de renégociation de crédits

Une demande de renégociation de crédits doit se faire au moment opportun. Elle peut s’effectuer lorsque vous êtes déjà propriétaire, par exemple. En cas de baisse des taux d’intérêt bancaire, votre demande sera considérée si vous avez entre 0,70 et 1 point d’écart entre le taux actuel et celui que vous avez dans votre prêt. D’autre part, une renégociation de prêt est avantageuse seulement dans le premier tiers ou la première moitié de la durée de remboursement. En effet, comme l’emprunteur rembourse d’abord les intérêts avant de s’attaquer au capital, la durée restante du remboursement doit être importante.

Les différentes étapes pour une demande de renégociation de prêts

Première étape : elle consiste à évaluer le coût restant du crédit et calculer la somme à renégocier. Consultez ensuite le tableau d’amortissement pour un estimatif du montant du capital restant dû. Ce dernier sert de référence au nouvel emprunt octroyé. Pour chiffrer le coût du crédit, il faut additionner la somme restante des intérêts à payer jusqu’à la dernière mensualité.

Deuxième étape : une demande d’estimation à la banque via une simulation pour un prêt identique (avec le montant à emprunter).

Troisième étape : vous devez fournir un dossier stable et fiable avec une argumentation solide à l’appui. Vous devez prouver que vous êtes un bon parti, bon payeur etc… Pensez également à vous munir de quelques offres concurrentes pour pimenter la donne.

N’hésitez pas à multiplier les demandes de devis

  1. Utiliser un comparateur
  2. Comparer et sélectionner la meilleur offre
  3. L’étude du dossier
  4. Si acceptation : fournir tous les documents justificatifs nécessaires
  5. Faites enfin des économies !